Tiré du

  Accueil 



 

  Accueil  



 

 

Tiré du Dog’s in Canada Annuel 1998

Partager sa vie avec un Tervueren c'est accepter la responsabilité de lui prodiguer une excellente éducation. Avant de devenir un adulte équilibré et un merveilleux compagnon, il faudra lui inculquer les bonnes manières et un comportement social correct.  Sociabiliser un chiot, c'est lui apprendre à  vivre heureux et sans peur ni agressivité dans notre environnement.   Éduquer  un chiot, c'est lui apprendre à obéir en toutes circonstances.

 

 

La socialisation 

 

S'adapter aux autres chiens:   C'est l'apprentissage du 'langage' chien; par différentes positions corporelles, mimiques ou vocalises, nos chiens expriment la peur, la colère, la soumission ou l'envie de jouer. Un chiot élevé tout seul ne saura pas communiquer avec ses congénères. La socialisation des chiots commence au sein de la portée: la 'maman' est une clé maîtresse de l'éducation des petits. Le mordillement incessant des oreilles  entraîne généralement un grognement ou une rebuffade. Les bébés apprennent les limites du jeu.

Ce travail de socialisation doit se poursuivre après le départ du chiot de l'élevage: par des rencontres lors de promenades au parc, chez des amis qui ont également des chiens ou encore en fréquentant une ''école du chiot'.

 

S'adapter aux gens: C'est apprendre à vivre harmonieusement avec tout le monde. Promenez votre chien dans des endroits fréquentés: parcs, marchés et présentez-lui le plus de monde possible. En incluant des personnes de tous ages, de toutes races ou en uniforme. Les chiens ont tendance à se méfier de ce qui leur parait inhabituel.

Ne laissez pas votre chiot faire ce qu'il n'aura plus le droit de faire quand il aura grandi! Découragez dès le début les comportements inappropriés. Gentiment mais très fermement. Il est tentant de céder au jeune chiot qui saute de joie ou grimpe sur le canapé pour se faire câliner... Tout est plus difficile quand il pèse 50 livres!

 

S'adapter aux enfants:   Le Tervueren adore les enfants et sait se montrer très patient avec eux. Néanmoins, pour que la relation soit harmonieuse, il faut veiller à établir des règles et fixer des limites. Aux chiens, comme aux enfants. Et toujours sous surveillance.

Apprendre à l'enfant:

·      Que le chiot n'est pas un jouet.

·      Qu'il ne faut jamais déranger un chien quand il dort ou quand il mange.

·      Qu'il faut ranger les jouets (et les chaussures).

L'enfant peut néanmoins être impliqué dans les soins quotidiens: donner une gamelle, aider au brossage ou tenir la laisse (quand le chien ne tire pas!).

Apprendre au chiot:

·      A ne pas nous mordre

·      A ne pas 'chasser' un enfant qui court en criant (attention à l'instinct de proie)

·      Retirez à votre chiot son jouet préféré de sa gueule, ou sa gamelle; il ne doit pas grogner et apprendra à ne pas protéger ses jouets et sa nourriture.

S'adapter aux différentes situations: Notre vie de tous les jours peut rapidement effrayer un jeune chiot: bruits de casseroles dans la cuisine, aspirateur, cris des enfants ou voyage en voiture. Pour éviter que ces évènements ne deviennent 'traumatiques', il est nécessaire d'habituer l'animal, progressivement, de l'encourager et surtout de le récompenser. Quelques conseils pour que votre chiot ne soit pas malade en voiture: Montez avec lui en voiture, plusieurs fois, sans démarrer.  Travailler ensuite sur des voyages très courts, quelques minutes suffisent. Et toujours dans un but ludique (promenade). N'oubliez pas de féliciter et récompenser à la fin de chaque exercice.

Pour qu'il n'ait pas peur de l'aspirateur: Encouragez-le à s'approcher et à renifler l'appareil éteint. Ne démarrez l'aspirateur que lorsque le chiot est à une distance 'raisonnable' et encouragez le à s'approcher. Refaites l'exercice en  encourageant le chiot à s'approcher de plus en plus près de l'appareil.

Ces exercices peuvent être utilisés pour d'autres situations: accepter les sonneries de la porte d'entrée ou du téléphone, marcher sur tout type de terrain (moquette, sable, gravier, neige...).   Un chiot bien sociabilisé deviendra un adulte équilibré, agréable à vivre.

 

Quelques conseils au maître

Les bases, que le chiot doit comprendre absolument sont 'Non' et 'C'est bien'. Le 'Non' est un ordre, c'est un interdit formel; 'C'est bien'   s'accompagne toujours d'une récompense (caresse, récompense.

Le chiot apprend des ordres verbaux, associés à une gestuelle (il reconnaît les mots et les gestes). Il interprète surtout la tonalité de notre voix et toutes nos expressions corporelles. Soyez attentif à rester 'cohérent' dans vos demandes.

Sa capacité à mémoriser des mots est limitée. Veillez à ce que tous les membres de la famille utilisent le même vocabulaire.

Ses plages d'attention sont courtes. Pour mémoriser un exercice, il doit être bref (quelques minutes) et répété souvent.

L'apprentissage doit être présenté sous forme d'un jeu. Dans la mesure du possible, essayez de créer des conditions de réussite.

Pour les chiots, la meilleure motivation est alimentaire: des croquettes comme récompense. Pensez à ajuster la quantité de ses repas en fonction de ce que vous lui donner pendant les exercices (obéissance oui, obésité non!). Enfin, sa motivation sera sûrement plus forte si les exercices sont faits avant les repas...

 

L'apprentissage doit être un moment éducatif mais agréable et amusant, pour le chien  comme pour le maître. C'est également un excellent moyen de créer des liens solides et  de renforcer la complicité entre le chien et son maître.